Une plongée dans le lagon

Comptant parmi les plus grands lagons fermés du monde, celui de Mayotte est un havre de paix où les espèces sous-marines foisonnent. Avec ses 1 100 km2, pas étonnant donc qu’il soit devenu le paradis des plongeurs, grâce à de nombreux spots, mondialement reconnus.

La double barrière corallienne qui ceinture le 101ème département est un atout unique. Les 12 passes qui permettent l’accès de l’océan au lagon sont réparties tout autour de l’île, offrant ainsi des spots exceptionnels pour les plongeurs.

La beauté de « la Passe en S » – qui compte à elle seule 13 spots de plongée - est d’ailleurs reconnue à travers le monde, et il n’est pas rare d’y observer de majestueuses raies manta, et des tortues imbriquées. Les poissons de récifs y foisonnent et les coraux sont de toute beauté. Les plus chanceux pourront observer des requins gris ou à pointe blanche, mais contrairement à leur réputation, ils sont assez avares de sorties publiques !
Le principal atout du lagon mahorais est d’offrir ses merveilles aux plongeurs de tous niveaux. Les moins aventureux peuvent ainsi partir à l’assaut des « patates » de coraux multicolores, qui sont observables à Saziley, à seulement quelques mètres de la plage. Pour cela il suffit de s’équiper de palmes, masque et tuba, et c’est parti pour de longues minutes d’émerveillement. La faune sous- marine du lagon compte plus de 800 espèces de poissons, dont certains sont menacés.
Les clubs de plongée sont nombreux et proposent des prestations pour tous les niveaux, du simple baptême aux plongées nocturnes.
La passe bateau au sud de l’île offre quand à elle trois sites de plongée dont les tombants peuvent aller jusqu’à 90 mètres. Les amateurs de poissons pélagiques et de requins y trouveront leur bonheur, avec des espèces telles que des loches, des mérous et des barracudas, mais aussi des requins marteau, baleine ou tigre.

Le lagon : une nursery (baleines, tortues, dauphins...)

Avec ses 1100 km2 et la richesse de sa biodiversité, le lagon de Mayotte est le premier en outre-mer à être décrété Parc Naturel Marin depuis 2010 et étant ainsi devenu le second en France.
En plus de sa barrière récifale de 195 km, le lagon mahorais présente également une barrière corallienne interne.
Les eaux turquoises du lagon de Mayotte représentent un terrain de biodiversité exceptionnel dans lequel sont répertoriés bons nombres d’espèces emblématiques de la faune marine :

- 760 espèces de poissons différents

- 22 espèces de mammifères marins soit 1/4 de la diversité mondiale

- Des baleines à bosse, les dauphins, les dugongs

- 2 types de tortues marines : la tortue imbriquée et tortue verte qui sont présentes toute l’année.

Le potentiel du lagon est renforcé par les conditions idéales à l’expansion des mammifères (herbiers, eaux chaudes, récifs coralliens...) qui constituent un refuge pour ces derniers. Sa biodiversité est accentuée par celle contenue dans la nursery des poissons, à savoir la mangrove qui couvre une surface de 7.3 km2.
Tout au long de l’année on peut observer les tortues marines et assister au ballet des dauphins. De juillet à novembre, les eaux du lagon mahorais deviennent une véritable pouponnière pour les baleines à bosses qui se déplacent avec leurs petits au fil des jours.
La passe en « S » : site phare du lagon de Mayotte, constitue une véritable réserve naturelle marine d’une grande diversité et d’une beauté exceptionnelle. Elle représente le site privilégié des amateurs de plongée et des chasseurs d’images par excellence.
Grace aux efforts du Parc Naturel Marin de Mayotte, cette biodiversité menacée est enclin à une meilleure préservation, avec de nouveaux dispositifs mis en place tels que : le Plan de mouillage, la Charte d’approche des mammifères marins ou encore la sensibilisation des opérateurs touristiques mais aussi au Plan biodiversité de l’UICN de Mayotte.

Des plages pour tous les goûts

Vous pouvez bien sûr en profiter en effectuant des sorties en mer. Pour les amateurs de sable blanc, le détour par les îlots de Mtsanga Tshohole (ou îlot du sable blanc) et de Bandrélé dans le Sud, Mtzamboro et Choizil dans le Nord vaut le coup. Avec pour récompense, des paysages à couper le souffle et une baignade dans des eaux cristallines.

Mais pour ceux qui préfèrent se baigner tout en ayant un pied à terre, Mayotte possède de multiples et magnifiques plages. Les plus fréquentées sont Ngouja (commune de Kani-Kéli), Musicale Plage, Sakouli (plages de sable noir dans la commune de Bandrélé), Moya (Petite Terre) ou encore Tanaraki (commune de Mtsangamouji).
De plus, la quasi-totalité des localités de l’île sont situées en bord de mer. Par conséquent, si vous souhaitez allier l’ambiance citadine avec celle de la plage, la plage du Faré en Petite Terre est le lieu idéal. Pour une ambiance plus posée et familiale, Mbouini et Mbouanatsa semblent tout indiquées. Mais il existe des plages préservées et tout aussi agréables, Et pou y accéder, il faudra fournir un peu d’effort. A Papani en Petite Terre, il faudra d’abord passer par le lac Dziani si la marée est haute. Sinon, une bonne vingtaine de minutes de marche est nécessaire depuis la plage de Moya. Il en est de même à Sohoa dans le centre de l’île, où la grande plage et ses aménagements en cachent une autre, plus calme, à l’abri des regards, plus sauvage. D’autres trésors cachés de ce genre sont visibles à Mtsanga Fanu (dans le village de Mtsangadoua dans le Nord), à la plage du Phare (entre Hamouro et Sakouli dans la commune de Bandrélé), la plage de Saziley (commune de Bandrélé) ou encore la plage du préfet (commune de Mtzamboro). La caractéristique des plages mahoraises est que mise à part sur les îlots, celles ci sont bordées par de nombreux arbres dont de majestueux baobabs dans le Sud. Par conséquent, le parasol n’est donc pas indispensable !

Version imprimable Version imprimable | Plan du site
© COMITE DEPARTEMENTAL DU TOURISME DE MAYOTTE