Le parc naturel marin

TOUT PREMIER PARC NATUREL MARIN D’OUTRE-MER

La France, seconde nation maritime par sa superficie, a une conscience toute particulière de la richesse et de la fragilité de ce patrimoine méconnu que sont les fonds marins.

C’est pourquoi une politique maritime ambitieuse est à l’oeuvre par le biais des Parcs Naturels Marins.
Leurs objectifs : connaitre et protéger le milieu marin tout en permettant le développement raisonné des activités humaines.
Un défi de taille lorsqu’on sait que Mayotte a un patrimoine culturel maritime très ancré dans les moeurs.

Pêches traditionnelles variées, utilisation de coraux et coquillages, se sont autant de pratique qu’il faut préserver dans le respect de cette biodiversité unique qu’abrite le lagon.

Une des plus grandes et des plus riche aires marines française

C’est à Mayotte, en 2010, que fut créé le tout premier parc naturel marin d’outre-mer, avec ses 68 400 km2 de superficie. Celui des Glorieuses, deux années plus tard, ajoute ses 43 500 km2 à cette aire de protection de la faune et de la flore aquatique, ce qui en fait l’une des plus grandes aires marines protégées françaises (110 000 km2).

Considéré comme un haut lieu mondial pour la biodiversité avec ses mangroves, herbiers, récifs coralliens et bancs récifaux, sans oublier ses 1 300 km2 de lagon fermés par une double barrière, « phénomène très rare puisqu’il n’en existe que dix au monde » précise le Parc Naturel Marin de Mayotte dans son ouvrage : ‘À la découverte des Parcs Naturels Marins’.

Les actions

PNMLe Parc Naturel Marin de Mayotte mène de nombreuses opérations sur le terrain.

De l’acquisition de connaissance ;
avec la mise en place d’un système d’information halieutique,
des études sur la pêche à pied ou au filet,
l’état de santé des coraux,…

Aux actions concrètes ;
avec la pose de mouillages écologique,
l’expérimentation de techniques de pêche alternatives,
suivi de la qualité de l’eau,
recherche de solution pour remplacer le plateau de corail dans la préparation du masque de beauté local : le mzindzano.

La sensibilisation de la population et notamment de la jeunesse aux richesses du lagon avec la création d’un dessin animé local : le Fundi* du lagon. (*Sage/maître). Depuis 2014, le Parc Naturel Marin a initié la constitution d’une charte d’approche respectueuse des mammifères marins, charte signée par les prestataires nautiques de l’île, conscients que seule une démarche de respect de l’animal permettra de préserver leur présence dans les eaux mahoraises.
De nombreuses brochures d’information à destination des usagers du lagon sont édité par le Parc, rappelant d’observer la faune avec respect afin de lui permettre de se développer.