Marc Dsc 7678 Id15416 2000x1333Marc Dsc 7678 Id15416 2000x1333
©Marc Dsc 7678 Id15416 2000x1333|MARC ALLARIA
Les Soldates de MayotteLe féminisme en héritage


Les Chatouilleuses, debout pour la France

Les Chatouilleuses sont des femmes qui se sont battues pour que Mayotte se détache de l’influence des Comores, et qu’elle s’ancre un peu plus à la France. Retour sur un surnom pas totalement mérité, et l’héritage que ces femmes soldats ont laissé.

Ancrer Mayotte à la France

Ah les Chatouilleuses ! Le mouvement naît en 1966, lors du transfert de la capitale de Mayotte. Anciennement situé à Dzaoudzi, sur Petite-Terre, le centre névralgique de l’île hippocampe devient Moroni, en Grande Comore.

Peu disposées à voir les fonctionnaires, à savoir leurs maris, être transférés vers Moroni, Zéna M’déré organise une rencontre avec le président du conseil du gouvernement des Comores.

Elle y défend l’indépendance de Mayotte vis-à-vis des Comores, et son ancrage à la France.

1966

Création du mouvement des Chatouilleuses pour protester contre l’intégration de Mayotte à l’archipel des Comores.

4 février 1967

Les Chatouilleuses mènent une action contre l’Office de Radiodiffusion-Télévision Française (ORTF) à Mayotte. En représailles, Said Mohamed Cheikh force quatre élus mahorais à démissionner.

2011

Mayotte devient le 101ème département français. Les Chatouilleuses ont gagné leur combat. Mais elles en trouveront vite un autre dans la lutte pour la scolarisation des enfants et l’insertion professionnelle des jeunes mahorais.

Zaina Méresse

« On a dit non. On s’est dit : ‘On va être esclave des Anjouannais et des Grands Comoriens […] On a décidé de se mettre debout’  »

Zaina Méresse, décédée en 2014, dans Ouest-France (2013)

 

De nouvelles batailles

pour la jeunesse

Aujourd’hui, le combat des Chatouilleuses pour que Mayotte soit française n’a plus lieu d’être. Depuis 2011, l’île aux parfums est officiellement le 101ème département français.

Les Chatouilleuses de l’époque ont d’ailleurs laissé place à une nouvelle génération.

Plus connectées, ces nouvelles Chatouilleuses ont de nouvelles batailles à mener : scolarisation des enfants, lutte pour l’insertion professionnelle des jeunes mahorais et mahoraises

Ces nouvelles Chatouilleuses luttent aussi pour préserver les traditions de Mayotte, comme le salouva ou le manzaraka.

 

Traditions et saveursS'imprégner de la culture
Focus sur...

Wassi Watru Mama

Les Chatouilleuses ont aussi inspiré. Des associations locales mahoraises comme l’Association des Femmes Leaders de la Vie Publique (AFLVP) s’engagent pour que Mayotte continue de se développer.

Le mouvement des Chatouilleuses s’est exportée, et le plus bel exemple en est l’association Wassi Watru Mama. Cette association, basée à Bordeaux, aide à l’insertion professionnelle des femmes.

Bien inspirée par les Chatouilleuses, Wassi Watru Mama s’investit à Mayotte, où elle s’est rendue en août pour une journée de conférence sur l’entreprenariat, la sexualité et le handicap.

Quelques bonnes idées

Pour profiter de Mayotte